Home | News | Albums | Carnets | Belgique | Phototheque | Tirages | Livres | Auteur | Droits & tarifs | Contact | Liens | Plan site | Blog |
 
 Index des sites
 Reykjavik 1 2 3 4
 Blue Lagoon
 Cercle d'or 1 2 3
 Piste Kjolur 1 2 3
 Le Nord 1 2 3 4
 Lac Myvatn 1 2 3 4 5
 Tjornes 1 2 3 4
 Désert intérieur 1 2 3
 Sprengisandur 1 2 3 4
 Landmannalaugar 1 2 3
 Kirkjubaejarklaustur
 Nupsstadur Vatnajokull
 Skaftafell Svinafell
 Jokulsarlon 1 2
 Vik Dyrholaey Skogar
 Thorsmork Seljalandsfoss
 Iles Vestmann Heimaey
 volcan Hekla
 Stong & Gjain
 Hveragerdi
 
 Introduction
 Carte
 Climat et météo
 Histoire 1 2 3
 Economie
 Géologie
 Géographie
 Infos pratiques
 Liens sur Islande
 Bibliographie
 Album photos NEW
 Vidéos
 Phototheque
 LIVRE PHOTO
 
 Baleines
 Chevaux islandais
 Oiseaux d'Islande
 Chutes & cascades
 Lacs d'Islande
 Volcans d'Islande
 Pistes 4x4 & gués
 Langue & Lexique
 Jol ou Noël islandais
 Sagas islandaises
 Saga Njall le Brûlé
 Trolls & Elfes
 Eruption Eyjafjoll 2010
 Eruption Grimsvotn 2011
 Eruption Holuhraun 2014
 Bardarbunga 1
2 3 4 5 6 7
 Eruption Holuhraun 2015
 
Eruption fissurale dans l'Holuhraun

Evolution de l'éruption fissurale dans l'Holuhraun

évolution fin septembre

Je vous recommande de consulter d'abord les pages 1, 2, 3 et 4 avant de lire la suite. Pour rappel, après 15 jours d'activité sismique intense, le volcan Bardarbunga est entré en éruption fin août 2014. Plusieurs fissures effusives se sont ouvertes dans l'ancien champ de lave Holuhraun vomissant la plus grande quantité de lave émise en Islande depuis le XIXe siècle. L'éruption fissurale est toujours en cours.


--> Vendredi 12 septembre 2014

Activité sismique en déclin. Une station GPS a été installée au sommet du Bardarbunga pour mesurer avec précision l'affaissement de la caldera. Actuellement, il est de 21 mètres. La coulée de lave mesure 17,5 km de long et s'étale sur 25,4 km².


superficie de la coulée de lave le 12 septembre
superficie de la coulée de lave le 12 septembre - Institute of Earth Sciences


Le volcanologue Ármann Höskuldsson a profité d'une éclaircie vers midi pour faire le point sur l'activité volcanique à Holuhraun. Elle se limite aux cratères Baugur et Sudri. Une échancrure dans la paroi de Sudri répand de la lave vers le sud. Deux des évents au nord de Baugur, baptisés Baugsbörn (bébés de Baugur), contiennent des lacs de lave bouillonnants. Les fontaines de lave de Baugur atteignent 70 à 120 mètres de haut. La paroi des cratères Sudri et Baugur formés par l'accumulation des projections de lave autour des bouches éruptives s'élève à 60 mètres.


cratère Sudri le 12 septembre
aspect du cratère Sudri le 12 septembre - Photo: Ármann Höskuldsson


cratère Baugur le 12 septembre
aspect du cratère Baugur le 12 septembre - Photo: Ármann Höskuldsson


La coulée de lave a avancé de 600 mètres en 24 heures. Elle couvre une partie du lit de la Jokulsà à Fjöllum mais s'étale aussi sur la rive vers le nord. La rivière est maintenant coincée entre le mur qui borde sa rive orientale et la coulée de lave. Vu l'étroitesse du chenal, le courant est fort et érode la rive droite. Des explosions de vapeur se dégagent parfois du contact de la lave avec l'eau.


interaction de la lave avec la rivière Jokulsa
Photo: Johanne Schmith/Institute of Earth Sciences

--> Samedi 13 septembre 2014

Un nouveau pic de pollution a été atteint hier soir vers 22h dans l'est de l'Islande : 4000 µg de SO2 par m³ à Reydarfjordur et 640 µg/m³ à Egilsstadir. Cela équivaut à respirer les gaz d'échappement d'un gros camion. Les habitants ont été prévenus par SMS. Ils ont reçu l'instruction de se calfeutrer chez eux pendant les périodes critiques en fermant portes et fenêtres, en coupant l'air conditionné et en augmentant le chauffage pour créer une surpression empêchant l'air pollué d'entrer à l'intérieur puis de bien aérer les maisons une fois la qualité de l'air redevenue saine.


pics de pollution à Reydarfjordur
pics de pollution mesurés à Reydarfjordur - The Environment Agency of Iceland

pics de pollution à Egilsstadir
pics de pollution mesurés à Egilsstadir le 13 septembre - Source : ust.is


L'activité volcanique a considérablement diminué depuis hier. Elle se limite désormais au centre de la fissure éruptive : Baugur et Baugsbörn. Sudri a cessé d'émettre de la lave et le rideau de feu de Baugur s'est réduit à trois grandes fontaines hier soir. La quantité totale de lave émise en seulement deux semaines d'éruption est estimée à 200 millions de mètres cube. La lave progresse plus lentement. Elle n'a avancé que de 100 mètres dans la Jokulsà ce matin et n'a plus bougé pendant l'après-midi.




Les scientifiques suivent avec excitation les modifications du paysage modelé par l'éruption dans la région de l'Holuhraun. Désormais les cratères bien reconnaissables de Suðri et Baugur dominent la plaine du haut de leur 60 mètres. Un lac et une nouvelle cascade pourraient bien agrémenter le cours de la Jokulsà si la coulée de lave venait à obstruer complètement le lit actuel de la rivière.


La caldera s'est affaissée de 50 cm en 24 heures dont la moitié (25 cm) rien qu'en un seul tremblement de terre, celui de magnitude 4,7 qui a eu lieu vers minuit. Activité sismique en déclin.


--> Dimanche 14 septembre 2014

L'activité volcanique au niveau des cratères Baugur et Baugsbörn a diminué. D'après les observations d'Ármann Höskuldsson, l'activité de Baugur est pulsatoire. Il n'y a plus qu'une fontaine qui projette la lave à 20-50 mètres de hauteur. Le cratère Sudri est calme. La coulée a ralenti mais le champ de lave s'étale sur les côtés. La progression dans la rivière Jokulsà s'est arrêtée. De nouvelles langues de lave naissent de la coulée principale et se répandent vers l'est et l'ouest. La plus grande vers l'est faisait 300 mètres de large et 2 km de long hier à 18h.


superficie de la coulée de lave le 14 septembre
superficie du champ de lave le 14 septembre en pointillés rouges - Source: IES


Le niveau de gaz émanant de la lave est si dangereux que le site a été totalement fermé aux scientifiques aujourd'hui. Le panache de gaz émis principalement par Baugur est assez bas et s'étale à proximité du sol. La chaleur de convection n'est peut-être plus suffisante pour l'élever. Le vent du sud le chasse vers le camp de base de Dreki si bien que les scientifiques et les journalistes sont partis ce matin et passeront la nuit près du lac Myvatn. Le nuage toxique dérive vers le nord et des pics de pollution sont annoncés sur le lac Myvatn, la péninsule de Tjornes et Husavik.


scénario 3
éruption à Holuhraun il y a quelques jours - Photo: Geir Ólafsson


La caldera s'est effondrée de 23 mètres au total. Grâce à la nouvelle station GPS, on peut maintenant suivre l'affaissement de la caldera en temps réel sur le site de l'IMO et constater la parfaite correspondance entre les affaissements les plus importants et les séismes les plus violents. En trois jours, le fond a baissé d'un mètre et demi soit une moyenne de 50 cm par jour. L'activité sismique est similaire aux jours précédents. Environ 140 secousses par jour dont 6>M3 dans la caldera. Record : 5,3.


affaissement caldera du 12 au 15 septembre
affaissement de la caldera du Bardarbunga du 12 au 15 septembre - Source: IMO


Même si les rapports traduits en anglais n'en ont pas fait état, la nouvelle coulée de lave a été nommée "Thorbjargarhraun" en l'honneur de la jeune géophysicienne Thorbjorg Agustsdottir de l'Université de Cambridge présente sur le terrain. Elle étudiait l'activité sismique du Grímsvötn dans le cadre du projet Futurvolc quand le Bardarbunga est entré en activité.


--> Lundi 15 septembre 2014

L'éruption continue. Peu de détails sur l'activité volcanique aujourd'hui vu que les scientifiques et la presse ont quitté la région à cause des gaz toxiques. On ne peut que se rabattre sur les webcams de Mila (malheureusement noyées dans la fumée) et le site de l'IMO pour suivre les séismes (toujours pareils) et l'affaissement de la caldera. Record du jour : 5,4 au bord de la caldera simultané à un affaissement de 50 cm. La surface de la coulée de lave est estimée à 30 km².


Pic maximal de pollution au SO2 enregistré à 23h la nuit dernière à Reykjahlíð au bord du lac Myvatn : 1250µg/m³. Les habitants de Kopasker ont été invité à rester chez eux aujourd'hui. Aucun appareil ne mesure la pollution dans cette région mais le voile de brume dû au SO2 est visible à l'oeil nu.


pics de pollution à Myvatn
pic de pollution à Reykjahlid dans la nuit du 14 au 15 septembre - Source : ust.is

--> Mardi 16 septembre 2014

L'éruption à Holuhraun se calme doucement, ce qui ne veut pas dire que l'activité sismique et volcanique du Bardarbunga est terminée. De plus, le site est toujours dangereux à cause des gaz toxiques qui continuent de sortir de la fissure. Vu le léger vent qui souffle du sud-ouest, la région située entre Herðubreið au nord et Kárahnjúkar au sud pourrait être affectée par le dioxyde de soufre.


D'après Ármann Höskuldsson, l'éruption dans les cratères de l'Holuhraun n'a plus que quelques jours devant elle. Comme le dyke est encore rempli de magma, il s'attend à une autre éruption dans les jours ou les semaines à venir. Si l'éruption s'arrête à Holuhraun, une autre surviendra quand la pression sera de nouveau trop forte. Personne ne peut prédire où cela se produira. Dans les sables du désert? En bordure du Dyngjujokull? Ou sur les flancs de la caldera?


Holuhraun le 16 septembre
état des cratères de l'Holuhraun le 16/9 à 18h40 - Photo: Freysteinn Sigmundsson/IES


Mais bon, n'enterrons pas trop vite l'éruption fissurale à Holuhraun. Les scientifiques sont revenus sur le terrain, on devrait bientôt recevoir des nouvelles fraîches sur l'étendue du champ de lave. Une centaine de secousses ont été enregistrées aujourd'hui. Record : 5,4 et 5,2. Je vous laisse deviner où ... L'IMO estime à environ 20.000 le nombre de séismes depuis le 16 août. En temps normal, l'Islande connaît 10 à 15.000 secousses par an. Le double a été atteint en 1 mois.


--> Mercredi 17 septembre 2014

L'IMO publiera désormais chaque jour une carte illustrant les prévisions de dispersion du SO2. Selon Iceland Review, la fissure d'Holuhraun libère jusqu'à 1 tonne de gaz par seconde soit 3600 tonnes par heure. Chaque jour, ce sont jusqu'à 86400 tonnes de SO2 qui sont expédiés dans l'atmosphère. Il me reste à vérifier si ces chiffres concernent tous les gaz confondus (H2O, CO2, SO2 et traces de CO, H2S, H2, HCl, HF) ou juste le SO2.


Les webcams sont noyées dans la purée de pois aujourd'hui. D'après le rapport quotidien du Scientific Advisory Board of the Icelandic Civil Protection, le champ de lave continue de s'étendre et la production de lave ne diminue pas. Les mesures GPS montrent des irrégularités dans la déformation de la croûte terrestre. Cela pourrait indiquer un changement de migration du magma sous le Bardarbunga. Record : 5,2 dans la caldera mais aucun affaissement simultané. Ce qui indique que ce séisme n'est pas dû à des frictions mais à une fracturation.


--> Jeudi 18 septembre 2014

Pareil qu'hier. Purée de pois, pollution, activité sismique et volcanique, affaissement. Record : 5,3 dans la caldera avec affaissement simultané de 20 cm. Seule nouveauté, une animation de l'IMO illustrant la dispersion du SO2 sur le pays. Cliquer sur le bouton "Keyra" pour lancer l'animation ou glisser votre souris sur la colonne des heures à droite. Aucune confirmation des chiffres publiés hier par l'Iceland Review concernant la quantité de gaz ou de SO2 émis.


cratère Baugur 17 septembre
fontaines de lave de 40 mètres de haut dans le cratère Baugur le 17/9
Photo: Gro Birkefeldt Mřller Pedersen/University of Iceland


Le dioxyde de soufre a les mêmes effets sur les animaux que sur les hommes: difficultés respiratoires et yeux qui piquent mais leur vie ne devrait pas être menacée même s'ils sont dehors. De toute façon, septembre est le mois du rassemblement des moutons qui vagabondent en toute liberté pendant l'été. Ils passeront l'hiver à l'étable à brouter le foin fauché cet été (donc sain). Dans les régions touchées par le SO2, les bergers, moutons et chevaux (qui servent à rassembler les moutons) sont plus vite essoufflés et fatigués mais ces effets sont temporaires. Quant aux rennes sauvages des fjords de l'Est, ils ont trouvé refuge au sommet du Grænafell pour échapper au nuage toxique.


--> Dimanche 21 septembre 2014

On a enfin quelques nouvelles infos et vidéos à se mettre sous la dent. L'éruption dans l'Holuhraun continue et ne faiblit pas. Si Sudri est éteint depuis une semaine, une autre bouche éruptive s'est ouverte à côté et forme un joli spatter conecratère conique formé par l'accumulation des éclaboussures et retombées de lave autour d'une bouche éruptive tout rond et très actif. Il a été baptisé Krakkinn (fils). Il apparaît dans la vidéo suivante à 4:58.




Les concentrations de SO2 restent très élevées autour du site de l'éruption et les scientifiques y ont découvert des oiseaux morts empoisonnés. Le nuage de pollution se balade au-dessus de l'Islande au gré des vents très changeants et a atteint Reykjavik hier mais le niveau de SO2 reste sous la limite de toxicité. Quarante nouveaux capteurs de SO2 ont été installés à travers le pays pour suivre la qualité de l'air. Le dernier pic de pollution sérieux date de dimanche passé.


L'IMO a publié les premières estimations de la quantité de SO2 produite par l'éruption. Les scientifiques insistent sur le fait qu'il s'agit de mesures préliminaires, probablement sous-estimées et susceptibles d'être modifiées. A titre indicatif, donc, voici les résultats : 200 à 600 kg de SO2 émis par seconde, 250 à 700 kg/s CO2, 2 à 6 kg/s HCl, 3 à 8 kg/s HF et moins d'1 kg/s CO. La fissure émet 90% du SO2 et seulement 10% se dégage du champ de lave.


L'étendue du champ de lave est estimée à plus de 37 km². Une coulée secondaire s'est étalée à l'est de la première pendant les 3 jours de brouillard. La surface orange correspond aux dernières mesures effectuées au sol le 16 septembre tandis que les 7,6 km² supplémentaires, en jaune, ont dû être estimés par avion car la bordure orientale du champ de lave est inaccessible en 4x4 depuis que la coulée a atteint la rivière Jokulsà à Fjöllum.


superficie de la coulée de lave le 20 septembre
superficie du champ de lave le 20 septembre - Source: IES


L'activité sismique est en très légère hausse. On est repassé progressivement de 100 secousses mardi à 160 hier samedi dont 17>M3. L'affaissement de la caldera se poursuit au rythme de 50 cm par jour en moyenne. Certains gros séismes sont accompagnés d'un effondrement simultané de 20 cm, d'autres n'ont aucune influence. Record : 5,5 et 20 cm aujourd'hui à 10h51. Hier, 5,1 et 5,0 sans effet sur l'altitude de la caldera.


La composition chimique de la lave indique qu'elle provient d'une profondeur de plus de 10 km, ce qui colle avec la profondeur des séismes. Elle renferme 50% de silice (SiO2). Voici les résulats de l'analyse chimique de la lave publiés par l'Institute of Earth Sciences / University of Iceland.


composition chimique de la lave à Holuhraun

--> Mardi 23 septembre 2014

Situation stable. Epaisseur moyenne du champ de lave : 14 m - Epaisseur en bordure : 8 m - Epaisseur au niveau des 2 cratères Baugur et Sudri : 30 m - Epaisseur au niveau des autres cratères alignés le long de la fissure : 18 à 22 m - Volume estimé du champ de lave : 0,5 km³ +/- 0,1 km³ - Débit moyen de la lave en 3 semaines d'éruption : 250 à 350 m³/s.



La coulée principale a arrêté sa progression dans la Jokulsà le 13 septembre, à 19 km de son point d'émission. A une telle distance, la surface de la coulée s'était trop refroidie et solidifiée pour permettre à la lave sous-jacente de la percer. La lave s'est alors épanchée latéralement le long de cette coulée, formant des excroissances vers le nord et l'est aux endroits de moindre résistance, élargissant la coulée par la même occasion. En une semaine, une coulée secondaire s'est frayée un chemin le long de la première avant de fusionner avec elle plusieurs kilomètres plus loin.


superficie de la coulée de lave le 23 septembre
superficie du champ de lave le 23 septembre - Source: IMO


Une image satellite prise hier montre que la lave issue des cratères actifs se sépare après 3 km en deux coulées distinctes, l'une partant vers le nord, l'autre vers l'est pour contourner la masse inerte du champ de lave.


coulées de lave le 22 septembre
image satellite des 2 nouvelles rivières de lave le 22 septembre - Source: IES


L'effondrement de la caldera se poursuit au même rythme. Le volume de la dépression est maintenant de 0,6 km³ et l'affaissement total doit faire près de 27 mètres. Séisme record : 5,2 avec affaissement de 20 cm d'un coup.


--> Jeudi 25 septembre 2014

Éruption persistante. La lave recouvre 40 km². L'activité sismique est redescendue à 120 séismes par jour mais toujours avec de violentes secousses dans la caldera. Records : 5,2 pour hier et aujourd'hui. L'affaissement de la caldera semble ralentir : 40 cm en moyenne ces 3 derniers jours. Cette nuit, le taux élevé de SO2 dans la région du site éruptif a de nouveau obligé les scientifiques et journalistes à quitter le camp de base de Drekagil couvert par le nuage toxique.


Hier après-midi, une concentration élevée de SO2 a été mesurée au lac Myvatn (2000 µg/m³) et cette nuit vers 1h15 du matin à Reydarfjordur (2600 µg/m³). Si le pic de pollution n'a duré que 45 minutes à Reydarfjordur, les taux toxiques à Myvatn ont persisté de 14h30 à 18h30. Le nuage de pollution a par ailleurs touché l'Ecosse, l'Angleterre, la Norvège, la Suède, l'Allemagne, l'Autriche et le nord de la France. Il ne présente aucun danger pour l'aviation ni pour la santé.


pics de pollution à Myvatn
pics de pollution à Myvatn et Reydarfjordur les 24 et 25 septembre - Source : ust.is


Faute de rebondissements passionnants, la presse islandaise et les volcanologues se lancent dans les comparatifs. Ils en sont à calculer combien de maisons, d'églises, de terrains de foot ou d'Empire States buildings on pourrait remplir avec le volume de lave émise : "Paris couvert par 5 m de lave, Manhattan recouvert jusqu'à la 155e rue, Reykjavik enseveli complètement, même volume de magma que l'éruption du Mont St Helens en 1980, bientôt autant que l'éruption de l'Hekla en 1947-48". Je vous épargne le reste.


Ce qu'il faut retenir de tous ces efforts pour ramener l'épanchement de lave à des proportions connues, c'est que l'éruption est colossale tant en volume de lave émise qu'en surface couverte en seulement 3 semaines. On assiste à quelque chose d'exceptionnel. Même les scientifiques présents sur le terrain ne sont pas habitués à cotoyer tous les jours un tel phénomène, à travailler en portant un masque à gaz, à échantillonner de la lave avec une pelle et une casserole d'eau, à aller installer en hélico une station GPS dans la neige au sommet d'un volcan couvert de glace ou à braver les conditions climatiques extrêmes des hauts plateaux intérieurs pour prendre des mesures.




L'Islande déploie d'énormes moyens technologiques et humains pour mesurer les paramètres de l'éruption (sismicité, déformation du sol, composition chimique, hauteur, surface, volume et débit de la lave émise, concentration et dispersion des gaz volcaniques, température, conductivité et débit des rivières glaciaires, webcams, survol quotidien en avion équipé de radar et caméras thermiques, modélisation des données). C'est génial de mettre toutes ces informations à disposition du monde entier. Merci à toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans le suivi de l'éruption pour leur travail et le partage des mesures, graphiques, schémas, images satellite, photos et vidéos.


Je ne peux que m'émerveiller du cadeau de Dame Nature d'avoir creusé un tunnel de 45 km de long sous le glacier pour laisser sortir la lave là où elle cause le moins de dégâts et de désagréments. Tout ce qui se répand dans l'Holuhraun ne sortira pas sous la glace et ne sera pas pulvérisé dans l'atmosphère.


--> Vendredi 26 septembre 2014

L'éruption suit son cours sans changement. Les mesures du panache indiquent qu'il contient 80 à 85 % de vapeur d'eau, ~10 % de SO2 et seulement ~5% de CO2. La coulée de lave qui s'étale vers le nord a englouti deux portions de la piste F910 qui mène au site de l'éruption. Cette piste appelée Gaesavatnaleid relie l'Askja à la Sprengisandur (F26) en passant au pied du Bardarbunga. C'était la route empruntée tous les jours par les journalistes et les scientifiques pour accéder aux cratères depuis le camp de base de Drekagil mais je suppose qu'il est encore possible de contourner la coulée de lave tant que le terrain est plat.


superficie de la coulée de lave le 26 septembre
superficie de la coulée de lave le 26 septembre - IES

--> Samedi 27 septembre 2014

Selon le volcanologue Haraldur Sigurðsson, le volcan Bárðarbunga est situé juste au dessus d'un point chaud. La tectonique des plaques avec ses zones de subduction et de rift ne suffit pas à expliquer l'existence de tous les volcans. Certains sont situés au beau milieu d'une plaque tectonique comme à HawaÏ. La théorie des points chauds a donc été développée pour expliquer ces exceptions. Ce sont des points fixes dans le manteau terrrestre où des colonnes de matière plus chaude remontent à la surface et percent la lithosphère. L'émergence de l'Islande au milieu de l'Atlantique Nord est probablement dûe à la conjugaison d'un volcanisme de rift et d'un point chaud.


superficie de la coulée de lave le 27 septembre
superficie de la coulée de lave le 27 septembre (ligne rouge) - IES

--> Suivre l'évolution de l'éruption fissurale à Holuhraun en octobre sur la page 6


--> PHOTOS & VIDEOS

Vidéo 1 : superbes images tournées par Valdimar Leifsson pour le Vatnajökull National Park

Vidéo 2 : enfin des images de la rencontre de la lave avec la rivière Jokulsà à Fjöllum

Vidéo 3 : survol de l'extrémité nord-est du champ de lave filmé par un drône le 13/9

Vidéo 4 : remontée en avion de la rivière Jokulsà en longeant la coulée de lave le 13/9

Vidéo 5 : survol des cratères Baugur et Sudri le 12/9 - Sudri encore actif vomit la lave vers le sud

Vidéo 6 : survol des 4 cratères de Baugur filmé le 13/9 - Sudri n'est plus qu'un point rouge

Vidéo 7 : survol très instructif du site, des cratères et des coulées de lave filmé le 13/9

Vidéo 8 : tornade de gaz volcanique (colonnes de chaleur) filmée par camera thermique le 3/9

Vidéo 9 : superbes images tournées par Ozzo Photography à voir en plein écran et HD ***

Vidéo 10 : gros plan sur les cratères en feu vus du ciel et du sol filmés par What'on Iceland ***

Vidéo 11 : lueur de l'éruption sous les aurores boréales vue depuis différents endroits **

Vidéo 12 : version longue de deux magnifiques survols de l'éruption les 4 et 5 septembre **

Vidéo 13 : images inédites du journal télévisé diffusé le 20/9 par la chaîne allemande ZDF

Vidéo 14 : survol de la coulée le 23/9 - on voit bien l'îlot de sable intact entre les 2 coulées

Vidéo 15 : animations de l'IMO montrant la localisation des séismes du 16/8 au 23/9


Photos : 11 magnifiques photos d'agences de presse Arctic-Images/Corbis et Associated Press

Bernard Meric : très belles photos de la coulée de lave avançant dans la rivière Jokulsà

Lukas Gawenda : splendide galerie photos d'un photographe allemand

Einar Gudmann : 102 photos de l'éruption plus spectaculaires les unes que les autres

Orvar Atli Porgeirsson : 15 photos fabuleuses d'Orvar Atli publiées par The Telegraph

Tom Pfeiffer : 3 galeries photos datant du 12 et 13/9 à découvrir sur Volcan Discovery

Kristinn Arnar Guðjónsson : vidéo présentant diverses photos prises par KAG le 13/9

Richard Roscoe : photos et vidéos à voir absolument sur photovolcanica.com ***

Martin Rietze : photos et vidéo d'un spécialiste des volcans - vol en hélico 11 et 13/9 ***

Thorsten Boeckel : photos et vidéo du troisième larron de l'équipée en hélico ***

Max Schmid : 2 galeries photos de l'éruption prises les 2-7 septembre et 21-22 septembre

Eruption fissurale dans l'Holuhraun - Evolution de l'éruption fissurale dans l'Holuhraun en septembre 2014 - évolution fin septembre
 

Textes et Photos : copyright France Demarbaix - Toute reproduction interdite - Tous droits réservés