Petit guide du référencement

Posté par francevoyage le 7 octobre 2008 - 4:34 | Catégorie: astuces internet.

Si vous avez un blog ou un site web, vous souhaitez sans doute le faire connaître au delà de votre cercle d’amis et que les moteurs de recherche le référencent dans les premières pages. Je vais donc vous livrer tous les secrets du référencement et quelques conseils faciles à mettre en place pour améliorer votre audience.

Richard Soberka qui gère le site www.photoway.com depuis 10 ans (près de 100.000 pages visitées par jour) m’a largement “initiée” à cet univers impitoyable qu’est Google et compagnie ;-)

Pourquoi impitoyable ? Parce qu’avec Google, c’est la pluie et le beau temps sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ils utilisent des algorithmes compliqués qui tiennent compte du PageRank (le nombre de liens réciproques ou backlinks), des métatags (des balises html invisibles à mettre en tête de page), des mots-clés qui se répètent dans le contenu du texte, du nom de domaine, des titres des pages, des titres des paragraphes, des noms des pages, de l’ancienneté du site, les tentatives de tricherie pour être mieux classés … Et ces critères et les formules de calcul changent au fil des humeurs de Google ce qui explique la disparition soudaine ou le déclassement d’un bon site du jour au lendemain.

Au début, lorsque j’ai créé mon site de photo de tango, je n’ai pas fait attention au référencement et je me suis retrouvée en tête de classement sans avoir cherché à y être. Comment ? Mon site s’appelait bêtement phototango et on y retrouvait des photos de tango. Le sujet était très pointu et spécialisé.

Pour mon site de voyage, j’ai suivi le même exemple. J’ai choisi un nom de domaine qui se rapportait au contenu : photovoyage puisqu’on y trouverait des photos de voyage. Cette fois, j’ai tenu compte des conseils glanés sur divers sites internet. En voici les principes généraux en vigueur actuellement mais qui, je le rappelle, peuvent changer du jour au lendemain.

1) Choisir un nom de domaine en rapport avec le contenu. Pas votre propre nom, les gens ne le connaissent pas à moins que vous soyez Yann Arthus Bertrand. Un nom de domaine pas trop long, facile à retenir, contenant des mots clés, pas plus de trois, séparés ou non par des tirets. Demandez-vous quels mots vous taperiez dans google pour tomber sur votre sujet.

2) Donner des noms explicites à vos pages et vos répertoires. Google est capable de reconnaître des mots collés les uns aux autres. Mieux vaut une page appelée photo-de-plage-paradisiaque.html ou photodeplageparadisiaque.html plutôt que page2.html

3) Remplir le tag <title></title> de chaque page et prendre soin de mettre des titres différents en rapport avec le contenu de ces pages. Ce titre doit décrire le contenu de la page et non du site.

4) Si vous avez des photos ou des images dans la page, légender les images en ajoutant un attribut alt=”" au tag <img> et donner un nom explicite au fichier photo. Exemple : <img src=”images/hveravellir.jpg” alt=”source chaude sur le site geothermique de Hveravellir en Islande”>

5) Dans le texte, mettre des titres au différents paragraphes avec les balises <h1><h2><h3>

6) Dans la partie <head>, en plus de la balise <title>, remplir avec soin les tags <META name=”description” content=”décrire ici avec des phrases le contenu de la page”> et <META name=”keywords” content=”ecrire,ici,vos,mots,clés,au,singulier,et,au,pluriel”>. Cette dernière balise a de moins en moins d’influence et d’impact. Ne perdez donc pas trop de temps avec les mots-clés. Google préfère les chercher lui même dans le texte, le titre, la description, le nom de la page et le nom de domaine.

7) Essayer de répéter vos mots-clés plusieurs fois dans le texte, sous leurs différentes variantes tout en restant naturel (exemple : islande, islandais, islandaise, islandaises) mais sans exagération.

8 ) Proscrire les sites en flash. Eviter les frames et les menus fait d’images. Mieux vaut un lien texte qu’un lien image. Google est capable de lire mais pas de “voir” une image. Pour les liens du menu, mettre des mots clés. Exemple pour votre carnet de voyage, mieux vaut mettre “Gulfoss-Geysir-Thingvellir” au lieu de “jour 1″ ou pire “02 juillet 2007″.

Voici pour l’essentiel. Un des meilleurs conseils que j’ai lu c’est de rester naturel, de ne pas viser à tout prix le référencement, de soigner plutôt la qualité du contenu, son intérêt et de ne pas envahir ses pages de pub.

Le placement d’un compteur de statistiques discret gratuit sans pub tel que Xiti permet de mesurer l’audience et voir quelles pages ont le plus de succès auprès des internautes et ainsi s’améliorer au fil du temps.

On peut aussi faire des échanges de liens avec des sites en rapport avec le vôtre mais c’est un boulot monstre qui ne rapporte pas grand chose. Soumettre son site dans les annuaires gratuits donne plus de résultats. Voici une liste d’annuaires gratuits n’exigeant pas de lien en retour : www.liste-annuaires.com/

J’ai été longue, merci d’être arrivé au bout ;-)

Faites-vous plaisir, ne négligez pas ces quelques points faciles à réaliser et votre travail sera vu par des milliers d’internautes, une juste récompense après un tel boulot.

2 Réponses à Petit guide du référencement

  1. ExtraPaul

    Eh bien voilà un bon résumé d’une tâche à laquelle je ne me suis jamais vraiment attelée dans mes sites.

    J’en profite pour parler de http://www.dmoz.com: un espèce d’annuaire officiel des sites, utilisé par les moteurs de recherche, sous le contrôle de… (voir le site). J’ai déjà réussi à y soumettre certains de mes sites.

  2. Laurent

    ça à l’air sympa Xiti, merci du tuyau

    Pour info sous Wordpress, il existe un plug-in bien pratique pour le référencement : “All in One SEO”

    A noter également pour les blogs (en rapport avec ton paragraphe 2/) qu’il est préférable d’activer l’option des “permaliens” du type “http://www.photovoyage.org/blog/generalites/petit-guide-du-referencement/” plutôt que le classique “http://www.photovoyage.org/blog/article.php?p=175″ par exemple.