Légende des 13 pères Noël islandais

Posté par francevoyage le 24 décembre 2008 - 5:26 | Catégorie: coup de coeur.

Les jeunes islandais ont bien de la chance. Ils n’ont pas un mais 13 pères Noël, les Jólasveinar. La traduction en “pères Noël” n’est pas exacte car il s’agit plutôt de lutins espiègles qui vivent dans une montagne près de Reykjavik et descendent en droite ligne de trolls.

Leur mère est une terrible ogresse nommée Grýla et leur père un paresseux du nom de Leppalúði qui préfère resté couché pendant que sa femme parcourt la lande pour attraper les enfants méchants qu’ils dévoreront ensuite. Le chat de cette singulière famille, Jólaköttur ou chat de Noël, est tout aussi redoutable. La nuit de Noël, il capture tout ceux qui ne portent pas de vêtement neuf. C’est pourquoi, la coutume veut que les enfants islandais reçoivent en cadeau de nouveaux vêtements à Noël. Ces trois personnages ont terrorisé des générations entières d’islandais.

Mais revenons à nos 13 lutins farceurs qui aiment bien jouer de vilains tours. Un par un, ils descendent en ville du 12 au 24 décembre avant de repartir l’un après l’autre jusqu’au 6 janvier.

Stekkjarstaur est le premier à venir le 12 décembre. Il se glisse dans les bergeries et rend les moutons fous en essayant de traire les brebis dont le lait est plus que rare en cette saison.

Giljagaur descend le 13 décembre et s’introduit dans les laiteries pour voler la crème du lait de vache dont il rafolle.

Stúfur qui arrive le 14 décembre gratte les fonds de casserolles pour en extraire les restes et les manger.

Þvörusleikir se glisse dans les cuisines et lèche les cueillères en bois qui ont servi à touiller la nourriture. On lui pardonne car c’est le plus maigre des treize.

Pottasleikir vient lècher les casserolles et les marmites le 16 décembre.

Askasleikir est un lècheur de gamelle. Il se cache sous les meubles le 17 décembre et vide tout bol de nourriture déposé par terre pour le chien ou le chat.

Hurðaskellir, le claqueur de porte, fait un boucan d’enfer dans la nuit du 18 décembre et empêche tout le monde de dormir.

Skyrgámur qui descend de la montagne le 19 décembre est un véritable goinfre. Il aime tant le Skyr (fromage blanc islandais) qu’il en mange à s’en faire éclater la panse.

Bjúgnakrækir quant à lui adore les saucisses. Il engloutit toutes celles qu’il arrive à attraper le 20 décembre.

Gluggagægir est tellement curieux qu’il épie par la fenêtre l’intérieur des maisons et s’empare des jouets qu’il trouve jolis.

Gáttaþefur, le lutin du 22 décembre, a un gros nez et renifle sous les portes. Il adore l’odeur des gâteaux de Noël. S’ils sentent bons, il tentera d’en chiper un ou deux.

Ketkrókur est un crocheteur de viande. Le 23 décembre est le jour où on prépare le mouton fumé en Islande. Il essaie donc d’attraper des morceaux de viande par la cheminée avec un crochet.

Kertasníkir, le dernier des lutins est un voleur de bougies. On dit aussi que c’est lui qui souffle toutes les bougies le soir du réveillon pour plonger la maison dans le noir pendant que les parents disposent les cadeaux sous l’arbre de Noël.

Vous voyez qu’il y a de quoi s’amuser durant l’avent dans les familles islandaises et que chacun mettra de la joie et de l’entrain à piquer de la nourriture ou lècher les plats en accusant les petits lutins.

Mais ces 13 lutins de Noël ne font pas que des bêtises. Ils déposent aussi des sucreries et des petits cadeaux dans les chaussures des enfants sages tandis que les méchants y trouvent une vieille patate. Les chaussures sont placées sur le rebord de la fenêtre 13 jours avant Noël et ces petits présents quotidiens permettent aux enfants de patienter jusqu’aux véritables cadeaux de Noël.

Ces dernières années est apparu un nouveau larron, Kortaklippir, le coupeur de carte bancaire, qui sévit quand on explose son budget en cadeaux de Noël. Avec la crise qui frappe l’Islande actuellement, il a dû faire beaucoup de victimes en cette fin d’année 2008.

Joyeux Noël à tous.

Texte : © France Demarbaix 2008

PS. Comme j’ai retrouvé mon texte copié intégralement sur un autre blog quelques heures à peine après sa publication, je signale à nouveau que mes textes ne sont pas libres de droits et ne peuvent être reproduits sans autorisation. J’aime partager les belles histoires et chacun est bienvenu pour les lire mais elles doivent rester ici, sur mon blog.

2 Réponses à Légende des 13 pères Noël islandais

  1. Paul

    Eh bien Joyeux Noël avec retard et bonne année: rdv dans le prochain article où tu expliqueras comment les islandais fêtent le passage de l’an ?…

  2. Villard

    Bonjour,
    Je me suis permis de prendre quelques infos sur ces 13 pères Noël Islandais. Je suis tombée sur la légende du chat de Gryla ( dans cette version, il s’agit d’ogrillons) et j’ai voulu en savoir plus !!! Merci ça change de notre Père Noël tout rouge et un peu gnangnan à côté des frissons que provoque cette histoire.. Merci de le faire partager.

    Je suis conteuse amateur et je puise mes contes dans les légendes du monde entier..
    Cdlt,
    Marie-Ln