Retrouver ses photos volées avec TinEye

Posté par francevoyage le 8 janvier 2009 - 17:45 | Catégorie: astuces internet.

Cela fait quelque temps que je vous parle d’un moyen efficace pour retrouver les photos volées. Fini le suspens ! Je vous présente TinEye, un nouveau moteur de recherche d’images qui va révolutionner la vie des photographes et secouer les “mauvaises” habitudes des internautes qui copient et publient des photos sur internet sans l’accord des auteurs en se disant qu’ils ne tomberont jamais dessus.

Ce qui est révolutionnaire, c’est qu’au lieu de chercher une image par mot clé, vous lui soumettez une photo et TinEye retrouve toutes les copies et variantes présentes sur le web.

Désormais, les pilleurs du web ne seront plus à l’abri, même s’ils ont pris soin de ne pas mentionner le nom de l’auteur, de ne pas faire de lien vers son site et même s’ils ont redimensionné, recadré, transformé, retouché, modifié ou recoupé l’image.

Pour l’instant, TinEye en est à la version béta mais sa puissance est déjà spectaculaire. Il balaie 1.01 milliards d’images en moins d’une seconde pour en extraire toutes les correspondances avec la photo que vous lui avez soumise. Ce n’est pas possible diront les sceptiques. Comment ça marche demanderont les autres.

En fait, TinEye ne stocke aucune image. Il explore le web comme un robot, analyse la structure des photos, en extrait par une formule mathématique complexe (algorithme) une signature digitale qu’il indexe dans sa base de données avec le nom du fichier image et sa source. Chaque photo fournie est analysée et la signature digitale qui en résulte comparée à celles indexées dans la base de données.

Si TinEye trouve une correspondance, il affiche les résultats sous forme de vignettes avec un lien vers l’image et vers le site où elle est affichée et ce même si la photo a été recadrée, redimensionnée ou modifiée. Génial, non ? Voir une petite démo.

Pas d’inquiétude avec les droits d’auteur dans ce cas-ci, Léonard est mort depuis plus de 70 ans ;-) Par conséquent, ses oeuvres sont tombées dans le domaine public.

Pour utiliser TinEye, il faut tout d’abord créer un compte. Ensuite, vous pourrez soumettre les images une par une, soit en les uploadant depuis votre PC (temporairement) sur TinEye soit en fournissant leur adresse url. Il existe aussi un plugin qui permet, une fois installé, de rechercher les images directement à partir de votre navigateur Internet Explorer ou Firefox. Clic droit sur la photo à rechercher, sélectionnez le menu “Search Image on TinEye” et vous avez les résultats qui s’affiche dans une nouvelle fenêtre.

TinEye permet aussi de retrouver un logo, le sigle d’une marque déposée, un personnage de BD, un tableau, la couverture d’un livre, d’un CD … Cet outil précieux dans la lutte contre le vol d’images et la contrefaçon peut aussi permettre de retrouver l’auteur original pour lui acheter les droits de reproduction ou une version plus grande et de meilleure qualité.

TinEye ne retrouve pas encore toutes les images car il lui reste une grande partie du web à explorer. Il se peut même que les photos originales sur votre site ne sortent pas dans les résultats. Mais TinEye s’emploie jour après jour à indexer la partie immergée de l’iceberg. J’ai ainsi déjà pu découvrir 3 photos volées et lancer les poursuites.

Je suppose que quand ce moteur aura exploré et indexé un grand pourcentage du web, la version définitive deviendra payante. Peut-être qu’alors il sera aussi possible de lui soumettre un lot de photos à tester plutôt qu’une image à la fois. Quoiqu’il en soit, cet outil suscite déjà un vif intérêt auprès des photographes et des sociétés d’auteur.

***

En attendant, pour retrouver les autres photos volées, vous pouvez toujours recourir aux bonnes vieilles méthodes :

• le hasard … qui fait parfois bien les choses comme le dit le célèbre dicton.

• la dénonciation (oh le vilain mot) parlons plutôt de “bouche à oreille” ou de solidarité entre photographes.

• une recherche avec Google et consorts sur votre “nom prénom” et “prénom nom” pour voir ce qu’il en sort.

• une recherche de mots clés avec Google Image. Ma recherche sur le mot “tango” fut très très fructueuse dernièrement.

• la consultation des statistiques pour voir quel site fait un lien vers le vôtre. Sait-on jamais, vous découvrirez peut-être un internaute presque honnête qui a cité sa source. Oui ça arrive ! J’en ai eu ! Ils sont à moitié pardonné de ne pas avoir sollicité l’autorisation préalable. Mais à moitié seulement !

• une alerte Google qui vous envoie un email dès que les mots clés que vous surveillez apparaissent sur une page.

• une recherche sur des bouts de phrase ou les légendes de vos photos (entre guillements) peuvent aussi donner des résultats très intéressants. On découvre ainsi des textes volés et parfois les photos qui vont de pair.

• une recherche de hotlinks çàd de sites affichant vos images en venant les pomper directement sur votre serveur. C’est pas de la copie mais du vol de bande passante et c’est illégal aussi. Je vous renvoie vers le blog de Cédric Girard qui vous expliquera tout. Son site est d’ailleurs un excellent complément à cet article.

Pour conclure, si grâce à tous ces trucs et astuces vous retrouvez une de vos photos publiée sur un site sans votre autorisation, il vous reste à lire l’article recours en cas de violation de copyright

22 Réponses à Retrouver ses photos volées avec TinEye

  1. ExtraPaul

    Ah, le voilà ce site!
    Allez hop, j’envoie ça à mes amis photographes (avec renvoi sur ce blog pour les explications, évidemment!)

  2. Jacques

    J’ai essayé TinEye, mais sans succès (même en prenant des copies de photos en page d’accueil de sites fréquentés), alors pour ses photos … C’est sûr que ca marche ?

  3. Mako

    J’ai essayé TinEye et j’ai trouvé 18 entrées pour une de mes photos alors que je ne l’ai meme pas mise sur mon site …je ne comprends pas …

  4. francevoyage

    Soit ce n’est pas votre photo mais une qui lui ressemble très fort soit c’est un de vos clients ou amis qui l’a mis en ligne sur un autre site (facebook, flickr, picasa …) où elle n’était pas protégée et a été reproduite à qui mieux mieux.

  5. JNG WEB

    Merci d’avoir partagé ce moteur de recherche inversé.

  6. Hakima

    Bonsoir tout le monde!

    Je me permets de laisser un commentaire pour vous demander un service…
    En fait moi c’est l’inverse je recherche l’auteur d’une photo qui circule sur le net… j’ai cherché en long en large et en travers sur google image mais je ne trouve pas une source officielle…comment faire???

    car je voudrais demander et payer si nécessaire les droits afin d’utiliser cette photo très rapidement…

    Merci pour le temps que vous me consacrez!!

  7. sylvie

    bonjour, j’aimerais savoir comment savoir si une photo est sur le net alors qu’on ne l’a pas mise par exemple. Je ne comprends pas comment le faire sur votre site, merci de votre réponse .
    sylvie

  8. sylvie

    PS. en plus, le site Tin Eye est en anglais, donc, pas possible de faire quelque chose quand on ne comprend pas anglais !

  9. francevoyage

    Sur la page d’accueil de Tineye, il y a une case Upload your image avec un bouton parcourir … Poussez sur ce bouton, recherchez dans l’arborescence de votre PC la photo à tester et cliquez sur OK. Vous aurez tout de suite la page des résultats.

    Je vous encourage vivement à apprendre l’anglais. C’est le langage universel sur internet et dans le monde où nous vivons.

  10. Jax92

    J’ai essayé avec une photo d’une célèbre actrice … Nombre de réponse : 0
    Ca marche du feu de dieu ce logiciel lol

  11. Caro753

    Purée c’est dingue ! J’ai retrouvé une de mes photos sur 8 skyblogs différents… Bon c’était une photo sans grand professionalisme puiqu’elle date de ma période ado… mais bon ;-)
    Merci pour cet article, très intéressant comme moteur de recherche !

  12. Plume

    J’ai essayé avec quelques photos dont je sais qu’elles sont sur le net… Nombre de réponses: 0 pour chaque photo….

  13. anne

    Il m’arrive quelquefois de publier des photos prises sur le net. J’essaie toujours d’en citer l’auteur pensant du coup lui faire un peu de pub. J’ai très très souvent demandé l’autorisation d’utiliser l’image à son auteur que je pensais avoir retrouvé grâce à Tineye (J’ai l’impression que Tineye est très efficace). Je n’ai eu qu’une seule fois une réponse.

    4 réflexions s’imposent:
    - 1- Comment être sûr que la personne à laquelle on s’adresse est bien la propriétaire ? Comment la repérer dans la liste établie par Tineye ?

    - 2- Il y a aussi tout bêtement le problème de la langue ! Il n’y a pas que des photographes parlant français, anglais, allemand. Le droit à l’image et le droit d’auteur ne sont peut-être pas partout dans le monde exactement semblables? Mais je pense que beaucoup de pays doivent avoir des règles pour protéger les auteurs…

    - 3- Pourquoi les photographes, les dessinateurs, etc, mettent-ils leurs ouvres sur le net s’ils se doutent qu’elles peuvent être aisément copiées puis recopiées et re-recopiées? Pourquoi publier sur le net et ne pas se contenter d’exposer dans un lieu surveillé? Pour se faire connaître, non?
    Beaucoup de bloggers utilisent la copie d’image pour illustrer leurs propos (je reconnais que peu de photographes et peu de dessinateurs utilisent des textes pris sur le net pour ajouter à leur œuvre). Ils le font sans volonté de nuire à l’auteur de l’image, sans en tirer de profits pécuniaires, mais contribuent très souvent à faire connaître l’auteur. C’est grâce à eux que j’ai découvert des photographes de talent, des dessinateurs de génie et j’essaie d’aller en voir certains quand ils exposent . La copie d’images est-elle une si mauvaise chose ?

    - 4- Un seul photographe a daigné me répondre (favorablement, merci à lui). Je joins toujours à ma demande les raisons, des explications et un petit mot sur leurs travaux et je fais de même avec les auteurs de textes. Pourquoi ce désintérêt pour l’attention qu’on leur prête? Pourquoi publier si on se fiche de ceux qui voient? qui lisent?
    Je ne prends jamais une image “droit de reproduction ou droit d’utilisation interdits” ou “copyright déposé” seulement celles avec la précision “pour toute utilisation, contacter l’auteur”.

    Je m’apprêtais à mettre sur le net un texte inspiré par une magnifique photographie sur laquelle je suis arrivée par hasard et qui mériterait, à mon avis, de faire le tour du web. Tineye me propose 33 sites différents avec cette superbe photo… mais qui est le propriétaire légal? Les 33 images sont strictement identiques! Et certains sites ne sont ni en français, ni en anglais, ni en allemand.
    Je ne vais pas publier mon texte avec cette photo.
    Tant pis pour mon texte mais quel dommage pour la photo. Je me console en me disant que déjà 32 internautes au moins lui ont fait une publicité et sans la dénaturer de surcroît .

  14. francevoyage

    Voici quelques idées de réponse …

    -1- Le propriétaire possède le négatif ou le fichier original non retouché çàd le fichier raw ou jpg haute définition. De plus, il a d’autres photos de la même série et peut dire sans l’ombre d’un doute où, quand et comment il l’a prise.

    -2- Toute personne qui utilise internet baragouine au moins un peu l’anglais ou sait se servir de google traduction. Le droit à l’image varie d’une pays à l’autre. Par contre le droit d’auteur est international. Quasi tous les pays du monde ont signé la convention de Berne.

    -3- Pourquoi l’épicier met-il ses fruits et légumes à l’étalage. Pour les montrer, pour attirer l’acheteur mais pas pour se les faire voler. C’est pareil pour les photographes et dessinateurs. A l’heure actuelle, tout professionnel doit avoir son site internet mais les bloggers se servent sans permission et ne mentionnent pas leur source ni le nom de l’auteur. Donc au final, tu te retrouves avec 33 copies de la même photo sur le net sans savoir qui est le véritable auteur. Cela lui cause véritablement du tort. La copie d’images est-elle une si mauvaise chose ? Oui et en plus, sans autorisation de l’auteur, c’est ILLEGAL.

    -4- 32 internautes font concurrence au vrai auteur et à cause d’eux, tu ne peux pas retrouver la personne qui a réalisé cette merveilleuse photo pour lui demander son autorisation. Quel dommage, n’est-ce pas ?

  15. Christian Michaux

    Bonjour,
    Je rejoins les réflexions de Anne.
    Les réponses apportées si elles sont justes ne changent guère le fond du problème : si vous retrouvez vos photos un peu partout sur la toile que comptez-vous faire ? Porter plainte et engager des procédures juridiques longues et bien souvent couteuses (dire que c’est le contrevenant qui paiera est pure hérésie).
    Moi j’aimerais qu’on s’arrache mes photos =D
    Et s’ils se les approprient ? Grand bien leur fasse, car JE sais qu’elles sont de moi et au final c’est tout ce qui compte.
    Ceci dit l’article est très intéressant.
    Et le plus important : un grand bravo pour votre blog au grand complet. Cordialement.
    Christian

  16. francevoyage

    Quand je retrouve mes photos volées sur la toile, je confie l’affaire à la Sabam, la société d’auteur qui gère mes droits. J’ai écrit un article à ce sujet : http://www.photovoyage.org/blog/droit-dauteur/recours-en-cas-de-violation-de-copyright/

    Les sociétés d’auteur ne s’emmerdent pas à porter plainte, elles facturent les droits d’auteur majorés d’une pénalité pour l’absence d’autorisation préalable ou confient l’affaire à une société-soeur étrangère qui agit dans le pays du contrevenant. Si la facture n’est pas honorée, c’est un huissier de justice qui entre en jeu et lance les poursuites pour facture impayée. Ils prennent une commission mais au moins ils sont efficaces.

    J’ai ainsi pu récupérer plusieurs centaines d’euros, ce qui n’est pas négligeable quand on est photographe professionnel et qu’on vit uniquement de la vente de ses images et de leur droit de reproduction. Chaque vol est un manque à gagner. Chaque photo retrouvée est une aubaine car cela me rapporte des sous ;-) même si cela ne représente que la partie émergée de l’iceberg.

  17. Omniarchos

    Il est effectivement très difficile à l’heure actuelle de protéger du contenu sur le web. A part en le parcourant souvent à la recherche de ses créations et en poursuivant les voleurs, ce qui demande du temps et de l’argent (nonon, je ne me répète pas, ce sont deux choses différentes) il est absolument impossible d’empêcher avant coup qui que ce soit de prendre une photo sur un site et de se l’approprier. C’est un peu la raison pour laquelle mes créations sont toujours libres pour un usage non-commercial, en citant sa source évidemment, bien que je rejoigne un peu l’avis de christian: au final, je sais qui à réellement créé l’oeuvre donc je m’en fous un peu, tant qu’on aime et qu’on fait tourner :)

    Par contre, celui qui essaye de se faire son beurre sur les créations des autres…faut lui faire bouffer la photo qu’il à piqué pour lui faire passer le goût de vendre ce qui ne lui appartient pas…un peu comme on devrais faire à facebook pour son vol de propriété intellectuelle légalisé mais bon… ^^’

    En tout cas, c’est sympa tinyEye. Ca va me permettre de peut-être retrouver l’auteur d’une image que j’aime à utiliser comme avatar depuis quelques années.

    Petit conseil à ceux qui cherchent un auteur, n’hésitez pas à regarder attentivement le nom de la photo sur tinyEye. Parfois, elle contient le pseudo de l’auteur (présumé) et une simple recherche google sur ce pseudonyme permet souvent de trouver un moyen quelconque de le/la contacter ;)

  18. lulla

    en même temps, quand on met ses photos sur le net, elles tombent dans le domaine public, c’est ainsi

  19. francevoyage

    Faux ! Une photo reste la propriété de son auteur même postée sur le net. Elle ne tombe dans le domaine public que 70 ans après sa mort. La loi sur le copyright est internationale et internet n’est pas un lieu de non-droit. Megaupload ne s’est-il pas fait demanteler prouvant qu’on ne peut pas violer impunément les lois et flouer les auteurs ?

  20. Rosalie

    Bonjour,
    Photographe professionnelle, j’ai eu la désagréable surprise de reconnaître une de mes photos sur un article de journal (avec la mention DR) et la même postée sur un site internet sans aucune indication du nom de l’auteur. Après avoir pris contact avec les intéressés, les seules réponses obtenues sont des excuses… “Désolé, on ne savait pas que votre photo était protégée !!”
    Le site web vient de m’avertir qu’il retirait la photo mais pour le journal qui l’a publiée, quel est mon recours ?
    La photo est mon gagne-pain, ils n’ont pas l’air de bien comprendre…
    Déjà par le passé, j’ai été victime de pillage mais j’ai laissé tomber après avoir poussé un coup de gueule… Cette fois-ci c’est de trop, je ne veux plus me laisser faire.
    Cordialement.

  21. FREDERIC

    j’ai essayer plusieur photo et ca ne marche jamais
    Grosse daube

  22. bert

    0 réponse à chaque image de mon site… et pourtant les images de mes produits sont copiés… pas au point ….