Poisson d’avril à l’islandaise

Posté par francevoyage le 1 avril 2010 - 16:38 | Catégorie: coup de coeur.

On connaissait déjà le poisson servi à la sauce hollandaise, voici une nouvelle recette, le poisson d’avril à l’islandaise. En effet, en ce premier avril 2010, une dépêche vient de tomber, une solution miracle a été trouvée pour résoudre l’épineux dossier d’Icesave.

Pour rappel, cette banque en ligne islandaise, succursale de la Landsbanki, implantée au Royaume-Uni et aux Pays-Bas a fait faillite en octobre 2008 délestant 320.000 épargnants anglais et hollandais de près de 3,4 milliards d’euro. Les gouvernements hollandais et anglais ont indemnisé leurs ressortissants et se sont ensuite retournés vers le gouvernement islandais pour réclamer le remboursement de la somme avancée. Le problème était que cette banque n’était pas la seule à avoir fait faillite et qu’en fait, c’était tout le système bancaire islandais qui s’était effondré en même temps, obligeant l’Etat à nationaliser d’urgence les trois principales banques du pays pour éviter la catastrophe. Même le fonds de garantie était en faillite. Qu’à cela ne tienne, les anglais et les hollandais exigent leurs sous quitte à saigner à blanc les islandais, déjà dans la merde jusqu’au cou et font pression sur l’Islande en bloquant le prêt du FMI et l’adhésion à l’Union Européenne tant qu’une solution n’aura pas été trouvée çàd tant qu’ils n’auront pas soumis ces indomptables vikings à leur odieux chantage. On se souvient du référendum qui a eu lieu le 6 mars 2010 en Islande où 93% des votants ont dit non aux conditions imposées par les anglais et les hollandais (taux d’intérêt de 5,5% sur 15 ans exagéré).

Bref, la solution a été trouvée aujourd’hui. Les négociations avaient lieu en secret depuis quelques mois déjà et ce matin, l’Islande a conclu un brillant marché. Elle va devenir une partie du Royaume-Uni et des Pays-Bas. L’économie est sauvée ! Les islandais n’auront eu finalement à payer qu’un petit prix, leur indépendance. Ils font maintenant partie de l’Europe et de l’Union Européenne, ce qui est un énorme avantage. L’Islande aura 3 représentants (sur 150) au Parlement hollandais et seulement 2 (sur 646) à Londres. Ainsi l’Islande aura son mot à dire. La date de réunification est prévue pour le 15 mai.

La moitié de la population sera dans la partie britannique de l’Islande avec Reykjavik pour capitale. Elle sera rebaptisée Thule. Thule comprendra les fjords de l’ouest car la délégation anglaise voulait cette partie, la meilleure zone de pêche. Normal puisque le “fish and chips” est le plat national anglais. Les hollandais étaient beaucoup plus intéressés par l’énergie hydroélectrique et géothermique de la péninsule de Reykjanes et du sud de l’Islande car la Hollande est privée d’énergie. La moitié hollandaise dont la capitale sera Kopavogur, recevra elle aussi un nouveau nom : Noord Eyland.

L’aéroport de Keflavik étant situé en Noord Eyland, c’est l’aéroport domestique de Reykjavik qui sera transformé en aéroport international pour Thule. Icelandair qui appartient au gouvernement islandais cessera ses activités mi-mai mais les gens qui ont acheté des billets d’avion pourront les échanger contre ceux de British Airways et KLM pour une modique somme. Le plus embêtant est que le Royaume-Uni ne fait pas partie de l’accord Schengen et qu’il faudra un passeport pour voyager entre les deux parties. Mais la bonne nouvelle, c’est que 5.860 personnes seront engagées pour surveiller la frontière, une bonne chose vu que 7 personnes sur 10 sont actuellement au chômage. En signant cet accord, le gouvernement islandais a presque résorbé le taux de chômage.

Que devient l’Islande et sa culture ? Bah, comme elle n’était indépendante que depuis 66 ans, ça ne changera pas grand chose. Elle a survécu jusque là et continuera à survivre.

Le gros avantage c’est qu’avec la Livre Sterling à Thule et l’Euro à Noord Eyland, les islandais vont enfin gagner de l’argent réel. Il serait intéressant de voir comment vont prospérer les deux parties. Pall parie sur la Noord Eyland et attend impatiemment de recevoir son nouveau passeport britannique puisqu’il vit à Reykjavik. God save the Queen.

Situation imaginée par Páll Stefánsson - source : www.icelandreview.com

Les Commentaires sont clos.