Home | News | Albums | Carnets | Belgique | Phototheque | Tirages | Livres | Auteur | Droits & tarifs | Contact | Liens | Plan site | Blog |
 
 Index des sites
 Reykjavik 1 2 3 4
 Blue Lagoon
 Cercle d'or 1 2 3
 Piste Kjolur 1 2 3
 Le Nord 1 2 3 4
 Lac Myvatn 1 2 3 4 5
 Tjornes 1 2 3 4
 Désert intérieur 1 2 3
 Sprengisandur 1 2 3 4
 Landmannalaugar 1 2 3
 Kirkjubaejarklaustur
 Nupsstadur Vatnajokull
 Skaftafell Svinafell
 Jokulsarlon 1 2
 Vik Dyrholaey Skogar
 Thorsmork Seljalandsfoss
 Iles Vestmann Heimaey
 volcan Hekla
 Stong & Gjain
 Hveragerdi
 
 Introduction
 Carte
 Climat et météo
 Histoire 1 2 3
 Economie
 Géologie
 Géographie
 Infos pratiques
 Liens sur Islande
 Bibliographie
 Album photos NEW
 Vidéos
 Phototheque
 LIVRE PHOTO
 
 Baleines
 Chevaux islandais
 Oiseaux d'Islande
 Chutes & cascades
 Lacs d'Islande
 Volcans d'Islande
 Pistes 4x4 & gués
 Langue & Lexique
 Jol ou Noël islandais
 Sagas islandaises
 Saga Njall le Brûlé
 Trolls & Elfes
 Eruption Eyjafjoll 2010
 Eruption Grimsvotn 2011
 Eruption Holuhraun 2014
 Bardarbunga 1
2 3 4 5 6 7
 Eruption Holuhraun 2015
 
Langue islandaise et lexique des noms de lieux

Jol et les 13 pères Noël islandais

Sagas islandaises

Jol ou Yule autrefois

En Islande, la fête de Noël existait bien avant l'adoption du christianisme en l'an 1000. Elle portait le nom de Jol (ou Yule) et les vikings y célèbraient le solstice d'hiver et l'inversion de la course du soleil augurant le rallongement des journées. La fête durait plusieurs jours remplis de ripailles, de beuverie, de danse, de jeux et de joutes sportives.

Quelques sagas islandaises mentionnent la fête de Jol sans pour autant la relier à un rite religieux. Il est possible que des sacrifices étaient offerts aux dieux de la mythologie nordique mais ce n'est pas sûr.

Les préparatifs de Jol consistaient à abattre un mouton ou un boeuf et à brasser de grandes quantités de bière de malt. Les grands chefs invitaient beaucoup de monde à ces festins copieusement arrosés et offraient des cadeaux aux invités lors de leur départ. On sait aussi qu'ils accordaient une grande importance à la décoration de leur maison à cette occasion.

Les festivités et amusements perdurèrent jusqu'à la Réforme en 1555 dont l'austérité mit fin à toute manifestation de plaisirs. Finis les danses, les jeux de cartes et les excès alimentaires.



Noël de nos jours

La fête de Noël en Islande est devenue une fête familliale mais a gardé quelques unes de ses traditions ancestrales notamment culinaires. Elle dure treize jours.


Le 23 décembre, les familles islandaises mangent un plat de raie fermentée et décorent ensemble l'arbre de Noël. C'est aussi une journée de shopping pour les cadeaux de dernière minute car les magasins restent ouverts jusqu'à minuit.

Le 24 décembre, le réveillon se passe avec la famille proche. Les plats traditionnels sont le Hangikjöt ou mouton fumé, la Kjötsúpa ou soupe de mouton, le Hamborgarhryggur ou roti de porc fumé, le Rjúpa ou perdrix des neiges et le Laufabrauð, une galette de pain finement ciselée (voir recettes en anglais). Après le repas, c'est l'ouverture des cadeaux tant attendue par les enfants.

Le 25 décembre est consacré à la famille plus étendue, les oncles et tantes, les cousins ...

Le 26 décembre, le lendemain de Noël, la fête continue avec les amis proches. Là on danse et on mange les restes.

Le 31 décembre, le 8e jour de Yule est une nuit magique où la tradition rapporte que les vaches parlent, les phoques prennent forme humaine, les morts sortent de leur tombe et les elfes déménagent. Quant aux humains, ils boivent et dansent sous les feux d'artifice.

Le 6 janvier, le dernier jour de Yule, est fêté avec des feux de joie et des danses elfiques.



Légende des 13 pères Noël ou Jólasveinarnir

Les jeunes islandais ont bien de la chance. Ils n'ont pas un mais 13 pères Noël, les Jólasveinar ou Yuletide Lads. Mais la traduction "pères Noël" n'est pas exacte car il s'agit plutôt de lutins farceurs, descendants de trolls, qui vivent dans la montagne bleue Bláfjöll près de Reykjavik.

Jólaköttur, Grýla & Leppalúði

Leurs parents sont la terrible ogresse Grýla et le paresseux Leppalúði qui préfère resté couché pendant que sa femme parcourt la lande pour attraper les enfants méchants qu'ils dévoreront ensuite. Le chat de cette singulière famille, Jólaköttur ou chat de Noël, n'est pas en reste. Aussi redoutable qu'Azraël, le chat de Gargamel, il capture ceux qui ne portent pas de vêtement neuf la nuit de Noël. C'est pourquoi, les enfants reçoivent en cadeau de nouveaux vêtements. Ces trois personnages ont terrorisé des générations entières d'enfants islandais.


Mais revenons à nos 13 lutins espiègles qui aiment bien jouer de vilains tours et commettre de menus larcins. Un par un, ils descendent en ville du 12 au 24 décembre puis repartent l'un après l'autre jusqu'au 6 janvier.


Stekkjastaur      Giljagaur      Stufur      Thvorusleikir      Pottaskefill

Stekkjastaur est le premier à descendre. Le 12 décembre, il se glisse dans les bergeries et rend les moutons fous en essayant de têter le lait au pis des brebis.

Giljagaur descend le 13 décembre et s'introduit dans les crémeries pour voler le lait de vache.

Stúfur qui arrive le 14 décembre gratte les fonds de casserolles pour en manger les restes.

Þvörusleikir se glisse dans les cuisines et lèche les cuillères en bois qui ont servi à touiller.

Pottasleikir vient lècher les casserolles et les marmites le 16 décembre.


Askasleikir      Hurdaskellir     Skyrgamur      Bjugnakraekir      Gluggagaegir

Askasleikir est un lècheur de gamelles. Il se cache sous les lits le 17 décembre et vide tout bol de nourriture déposé par terre pour le chien ou le chat.

Hurðaskellir fait un boucan d'enfer en claquant les portes et empêche les gens de dormir.

Skyrgámur qui descend de la montagne le 19 décembre est un véritable glouton. Il aime tant le Skyr (fromage blanc) qu'il en mange à s'en faire éclater la panse.

Bjúgnakrækir adore les saucisses. Il engloutit toutes celles qu'il attrape le 20 décembre.

Gluggagægir est tellement curieux qu'il espionne par la fenêtre l'intérieur des maisons et il s'empare des jouets qu'il trouve jolis.


Gattatefur      Netkrokur      Kertasnikir

Gáttaþefur, le lutin du 22 décembre, renifle sous les portes. Il adore l'odeur du pain et des gâteaux de Noël. S'ils sentent bons, il tentera d'en chiper un ou deux.

Ketkrókur est un crocheteur de viande. Le 23 décembre est le jour oú on prépare le mouton fumé. Il essaie donc d'attraper des morceaux de viande par la cheminée à l'aide d'un crochet.

Kertasníkir, le dernier des lutins est un voleur de bougies. On dit aussi que c'est lui qui souffle toutes les bougies le soir du réveillon pour plonger la maison dans le noir pendant que les parents disposent les cadeaux sous l'arbre de Noël.


Les 13 lutins de Noël ne sont pas que des farceurs. Ils déposent aussi des sucreries et des petits cadeaux dans les chaussures des enfants sages tandis que les méchants y trouvent une vieille patate. Les chaussures sont placées sur le rebord de la fenêtre 13 jours avant Noël et ces petits présents quotidiens permettent aux enfants de patienter jusqu'aux véritables cadeaux de Noël.


Ces dernières années est apparu un nouveau larron, Kortaklippir, coupeur de carte bancaire, qui sévit quand on explose son budget en cadeaux de Noël. Avec la crise qui frappe l’Islande actuellement, il a dû faire beaucoup de victimes en cette fin d’année 2008.

Source des illustrations : jolamjolk.is

Langue islandaise et lexique des noms de lieux - Jol et les 13 pères Noël islandais - Sagas islandaises
 

Photos : copyright France Demarbaix - Toute reproduction interdite - Tous droits réservés