Home | News | Albums | Carnets | Belgique | Phototheque | Tirages | Livres | Auteur | Droits & tarifs | Contact | Liens | Plan site | Blog |
 
 Index des sites
 Reykjavik 1 2 3 4
 Blue Lagoon
 Cercle d'or 1 2 3
 Piste Kjolur 1 2 3
 Le Nord 1 2 3 4
 Lac Myvatn 1 2 3 4 5
 Tjornes 1 2 3 4
 Désert intérieur 1 2 3
 Sprengisandur 1 2 3 4
 Landmannalaugar 1 2 3
 Kirkjubaejarklaustur
 Nupsstadur Vatnajokull
 Skaftafell Svinafell
 Jokulsarlon 1 2
 Vik Dyrholaey Skogar
 Thorsmork Seljalandsfoss
 Iles Vestmann Heimaey
 volcan Hekla
 Stong & Gjain
 Hveragerdi
 
 Introduction
 Carte
 Climat et météo
 Histoire 1 2 3
 Economie
 Géologie
 Géographie
 Infos pratiques
 Liens sur Islande
 Bibliographie
 Album photos
 Vidéos
 Phototheque
 LIVRE PHOTO
 
 Baleines
 Chevaux islandais
 Oiseaux d'Islande
 Chutes & cascades
 Lacs d'Islande
 Volcans d'Islande
 Pistes 4x4 & gués
 Langue & Lexique
 Jol ou Noël islandais
 Sagas islandaises
 Saga Njall le Brûlé
 Trolls & Elfes
 Eruption Eyjafjoll 2010
 Eruption Grimsvotn 2011
 Eruption Holuhraun 2014
 Bardarbunga 1
2 3 4 5 6 7
 Eruption Holuhraun 2015
 
Eruption sommitale

Evolution de l'éruption du Eyjafjöll en mai 2010

Eruption du Grimsvotn en 2011

Les pages 1, 2, 3, 4 et 5 vous résumeront les précédentes phases de l'éruption. Depuis le 20 avril, l'activité explosive s'était un peu calmée avec l'apparition de la lave en surface. La coulée progresse en direction du nord sous la langue glaciaire de Gigjolull. L'éruption avait atteint son rythme de croisière mais voilà que depuis le 3 mai, l'activité explosive est plus intense et que les séismes ont repris dans les profondeurs de la terre sous le glacier Eyjafjallajokull.

--> Lundi 3 mai 2010

Enfin un peu de changement à l'horizon! Cette nuit vers 5h00, l'IMO a enregistré un essaim de 8 secousses sismiques de magnitude inférieure à 2. Les foyers étaient situés entre 15 et 17 km de profondeur, juste sous le volcan, dans le même axe nord-sud que la fissure qui s'est ouverte dans la caldeira le 14 avril. Rebelote peu après 21h avec 4 séismes situés entre 17 et 18 km de profondeur. Le magma se frayerait-il un nouveau chemin vers la surface ? Peut-on s'attendre à un regain d'activité ou à un nouvel apport de magma primitif très chaud et fluide?


Il semble aussi que de la lave ait atteint le bas de la langue glaciaire de Gigjokull hier vers minuit. Des témoins ont rapporté avoir vu des lueurs rouges au pied du glacier. Actuellement, ce n'est pas vraiment visible sur les webcams de Thórólfsfell vu que tout est noir à cause de la cendre mais dès hier, on se doutait que cela n'allait plus tarder. En fin de journée, c'est de l'eau bouillante et fumante qui s'est déversée dans le bassin de Gigjokull par le trou béant de la langue de glace. Voir photo. Le débit de la rivière Markarfljot n'a cessé de grimper depuis le 21 avril et la température de l'eau mesurée sous le vieux pont à 18 km de Gigjokull est passé de 3 à 17°C entre 23h et 6h du matin, ce qui tend à confirmer les dires des témoins.

--> Mardi 4 mai 2010

A cause de l'expansion du nuage de cendres vers le sud-est, quelques aéroports ont été fermés en Irlande et dans le nord de l'Ecosse. Le cratère sommital vomit un important panache de cendres très sombre alors que les vapeurs blanches continuent de se dégager en contrebas de la langue glaciaire de Gigjokull là où la lave rencontre la glace.


Quelques photos aériennes prises lors du survol d'aujourd'hui ont été publiées par l'IMO. Le glacier entièrement recouvert de cendres semble tout noir. Le panache atteint 6 km de haut et se dirige vers le sud-est. Sa trace est repérable par satellite à 300-400 km de distance. Le front de lave se situe maintenant à 4 km du cratère et un gaz bleuté s'en dégage. La coulée progresse plus lentement qu'hier et on note également moins de vapeur. Par contre, au niveau du site éruptif, l'activité est plus explosive et produit plus de cendre. Le cone de scories qui s'est érigé autour de la bouche active mesure à présent 280 m de diamètre et 190 m de haut. La lave est projetée dans les airs à quelques centaines de mètres. Des retombées de cendres ont eu lieu jusqu'à 80 km au sud-est où elles ont réduit la visibilité.

--> Mercredi 5 mai 2010

L'éruption s'est intensifiée avec un regain d'activité explosive. Le volcan crache à nouveau beaucoup de cendre noire. A 19h30, le nuage volcanique a atteint 10,5 km d'altitude avant de se rabattre à 6 ou 7 km durant la nuit. Si la hauteur atteinte est la même qu'aux premiers jours, sa densité est heureusement moindre mais le nuage dérive en direction du sud-est. Les aéroports irlandais et écossais sont donc restés fermés.


Le temps a été très couvert aujourd'hui n'offrant aucune visibilité au niveau des webcams. Pas mal de séismes ont été enregistrés tout au long de la journée de 22,7 à 1,1 km de profondeur. Leur magnitude n'a pas dépassé 2,2.


Autant le tourisme avait connu un essor en mars avec la première éruption à Fimmvorduhals (phase effusive), autant cette deuxième phase explosive effraie les touristes et provoque beaucoup d'annulations. Je trouve cela idiot. L'Islande ne se réduit pas à l'Eyjafjallajokull et il y a bien d'autres sites à découvrir dans le reste du pays même si l'éruption perdurait tout l'été.


De plus, le sentier de grande randonnée entre Skogar et Thorsmork va être rouvert en juin. A moins d'un nouveau rebondissement dans le déroulement de l'éruption, les guides de montagne s'apprêtent à rebaliser le chemin puisque 300 m de sentier ont été englouti sous les coulées de lave. Une excellente occasion de marcher sur de la lave fraîche - en toute sécurité si on suit bien le balisage - et découvrir un paysage neuf comme au premier jour de la création. Plus de 10.000 trekkeurs parcourent le Laugavegur chaque année.


De même, l'administration des routes examine actuellement l'état de la piste de Thorsmork dans l'intention de réparer prochainement le tronçon de 6 km emporté par la crue du 15 avril. La vallée de Thorsmork a finalement été peu touchée par les retombées de cendres et est une destination prisée des touristes et randonneurs. Si les fondations de la route n'ont pas été déplacées, les réparations pourront se faire rapidement au bulldozer. Dans le cas contraire, il faudra retracer une nouvelle voie ce qui coûtera plus cher.

--> Jeudi 6 mai 2010

Le VAAC de Londres (Volcanic Ash Advisory Centre from London) n'indiquait plus la présence de cendres volcaniques dans l'espace aérien britannique aujourd'hui et les aéroports ont pu rouvrir ce matin. Le nuage de cendres plane désormais au dessus de l'Océan Atlantique obligeant à modifier la trajectoire des vols transatlantiques.

Les tremblements de terre sous le volcan se poursuivent. Trois avaient leur foyer à 29 km de profondeur alors que tous les autres se rapprochent de plus en plus de la surface (de 5 à 1 km).

Une nouvelle intrusion de magma est bien en train de remonter dans la cheminée du volcan. Les stations GPS le confirment. Depuis 2 jours, elles enregistrent des déplacements horizontaux qui indique un nouveau gonflement de la croûte terrestre. Alors, magma visqueux riche en gaz ou magma fluide dégazé ? Les paris sont ouverts. Il n'est pas impossible non plus que le magma en montant remobilise d'anciennes intrusions refroidies. Ce qui expliquerait pourquoi ça coince et frictionne un peu là dessous.


De images inédites ont été diffusées par euronews sur Dailymotion. Elles ont été tournées très récemment. Je pencherais pour le 2 mai. On y voit le panache de cendres, les volutes de vapeur blanche, le site éruptif et l'eau de fonte qui dévale les pentes du glacier Gigjokull.




Aujourd'hui, très peu d'eau s'écoulait de la langue glaciaire de Gigjokull alors qu'il y a à peine deux jours, tout le bassin était en crue. Que s'est-il passé entretemps ? Impossible de le savoir puisque la visibilité était nulle hier. En tout cas, le 4 mai au soir, l'écoulement d'eau était important et ce matin, quand la visibilité est revenue, le bassin était à sec mis à part un torrent qui longe le côté est. Certes, l'activité effusive s'est réduite ces 2 derniers jours mais cela n'explique pas tout. La coulée de lave pourrait avoir dévié l'eau de fonte vers l'est de la langue glaciaire à moins que l'eau ne s'accumule quelque part, retenue par un obstacle qui lorsqu'il cédera provoquera assurément une belle inondation. Suspens assuré mais réponse dans les prochains jours.


Une caméra thermique a été braquée sur la langue glaciaire en prévision de la prochaine apparition de la lave. Grâce à elle, on voit nettement mieux la distinction entre la roche et la glace car à l'oeil nu tout est noir et recouvert de cendre.

--> Vendredi 7 mai 2010

Gros panache gris sombre. Les écoles de Vik sont fermées à cause des retombées de cendres très importantes. Le port du masque est de nouveau de rigueur dans le sud et les habitants sont invités à se calfeutrer chez eux car le taux de pollution de l'air dépasse la limite acceptable pour la santé. Voir l'histogramme de la masse de cendre et de dioxyde de soufre produites depuis le début de l'éruption sur le site de l'Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand.


Aéroports irlandais fermés jusqu'à midi. L'analyse des cendres émises le 5 mai révèle une proportion plus importante de silice (61,5% de SiO2 contre 58% le 15 avril et 57% le 27 avril). Qu'est-ce que cela signifie ? Que la lave est plus visqueuse qu'avant. Les gaz ont plus de difficulté à s'en échapper donc l'activité devient plus explosive. Il paraîtrait que la coulée de lave n'est plus alimentée mais cela reste à confirmer car la caméra thermique montre quand même un point chaud à mi-hauteur de la langue glaciaire de Gigjokull.

--> Samedi 8 mai 2010

Le VAAC de Londres a prévu un étalement du nuage de cendres sur les Pyrénées aujourd'hui. Aussi plusieurs aéroports au nord du Portugal et de l'Espagne ont été fermés. Quelques vols ont été annulés à Marseille dans le sud de la France et les vols transatlantiques sont déviés pour éviter le nuage de cendres. Suite au chaos du mois dernier et à la pression des compagnies aériennes, les constructeurs de réacteurs et les scientifiques ont fini par fixer un seuil de tolérance : 2 mg de cendres/m³ d'air. En dessous de cette concentration, les avions pourront voler. On est reparti pour un tour !


Quatre petits séismes de magnitude inférieure à 2 ont été enregistrés à des profondeurs variant de 2 à 9 km de profondeur. Ils sont bien dûs à une remontée de magma et non comme certains le croient à l'effondrement de la chambre magmatique. Deux arguments abondent dans ce sens : les séismes s'étalent tout le long du conduit éruptif et les mesures GPS enregistrent en même temps un nouveau gonflement de la croûte.


La phase explosive se poursuit mais moins fort que les 5 et 6 mai. Le cone de scories et de lave qui s'élève autour de la bouche active a atteint maintenant le même niveau que la glace environnante. L'important panache gris était rabattu par le vent vers le sud-est et sa hauteur est restée aux alentours de 5000 m d'altitude. Les chutes de cendres sont moins importantes que le 6 mai mais touche toujours Vik et sa région, interrompant pour l'instant le nettoyage des cendres par les bénévoles. Une soixantaine de personnes ont préféré quitter momentanément la région. La coulée de lave est bien là mais elle ne progresse plus et le dégagement de vapeur au dessus de la langue glaciaire de Gigjokull a fortement diminué voire cessé par moment.

--> Dimanche 9 mai 2010

La phase explosive est toujours prépondérante mais son intensité est en baisse. Les mesures GPS indiquent une rediminution de la pression sur la croûte terrestre. Patrick Allard, volcanologue à l’Institut de physique du globe de Paris était aujourd'hui sur les pentes du volcan. Lire son interview à propos de l'éruption.


En raison du nuage de cendres, l'aéroport de Keflavik était fermé et les vols internationaux détournés sur Akureyri. Comme les 3 aéroports importants du pays sont situés à l'ouest, au nord et à l'est du volcan, il est presque impossible qu'ils soient un jour tous fermés en même temps, le vent ne pouvant souffler la cendre dans toutes les directions à la fois. Le trafic aérien a également subi des perturbations ce week-end en Europe. Plusieurs aéroports ont été temporairement fermés en Ecosse, Irlande, Italie, Espagne, Portugal, Suisse et Allemagne. Par contre, en France, l'espace aérien restait "ouvert et praticable" selon la Direction générale de l'aviation civile malgré le passage du nuage de cendres volcaniques. Cela n'est pas sans rappeler le nuage radioactif de Tchernobyl qui s'était arrêté comme par hasard à la frontière de l'hexagone ;-)

--> Lundi 10 mai 2010

L'aéroport de Keflavik a pu rouvrir ce matin dès 10h. Le ciel est dégagé et le soleil brille à nouveau. La quantité de cendres éjectée est estimée à 50 tonnes/sec aujourd'hui contre 400 tonnes/sec jeudi passé lors du regain d'activité. Le panache gris clair est poussé par le vent en direction du sud. Retombées de cendres prévues sur Skogar et Thorvaldseyri. Vik peut à nouveau respirer. Les chutes de cendres ont cessé cette nuit et le taux de pollution de l'air est redescendu sous le seuil de danger. Cependant les écoles étaient encore fermées aujourd'hui, le temps de nettoyer les installations. Environ 1/3 des habitants de Vik soit une centaine de personnes avaient déserté leur maison ce week-end.

Il se passe quelque chose de très important sous le volcan. Un essaim de séismes vient d'avoir lieu à la fois en profondeur (~20 km) et proche de la surface. 52 secousses en moins de 2 heures. Magnitude < 2,3. A l'oeil nu, rien d'anormal n'est visible sur les webcams mais on en saura plus dans les prochaines heures.

Alors que les pays voisins fermaient leurs aéroports ce week-end, Air France prétendait qu'il n'y avait aucun risque après un vol test effectué samedi soir au dessus des Pyrénées. Tiens donc, le nuage épargnerait-il spécialement la France ou la compagnie aérienne fait-elle passer ses intérêts financiers avant la sécurité de ses passagers en se croyant plus maligne que les experts. Je vous invite à lire l'article relatant l'incident sur un vol Paris-Perpignan qui a eu lieu hier.

--> Mardi 11 mai 2010

Chute de cendres intensive sur le sud et le sud-ouest. Le village de Vik mord à nouveau la poussière. L'activité explosive est fluctuante. Les séismes se poursuivent mais à un ryhtme moins soutenu. Il y a eu plus de 100 secousses en 48 heures dont une grande partie à grande profondeur annonçant une intrusion de magma depuis le manteau. Le panache atteint 5 km d'altitude avec des bouffées montant jusqu'à 6 km après les grosses explosions.




Une nouveauté : en plus des cendres, le volcan expulse d'énormes blocs de roche, sans doute mobilisés par les tremblements de terre. Vu leur taille et leur poids, ces bombes retombent à proximité immédiate du cratère en formant des gros impacts dans la glace. Voir les images des impacts sur ruv.is.




Le nuage de cendre a atteint aujourd'hui pour la première fois le continent nord-africain, imposant la fermeture de quelques aéroports au Maroc. Perturbations et fermetures également en Espagne, Turquie et îles Canaries.


Quant aux oiseaux en Islande, ils n'ont finalement pas été aussi affectés par les cendres qu'on l'avait craint. Ils ont vite compris qu'ils devaient gratter la couche de cendre pour se nourrir. Un peu confus au départ, les fulmars ont retrouvé leur chemin. Quant aux huitriers pies qui déposent leurs oeufs sur le sable ou les gravillons, ils ont découvert d'un tas de cendre faisait aussi bien l'affaire. Il est probable que les autres oiseaux chercheront des zones de nidifcation exemptes de cendre ou ne pondront tout simplement pas d'oeufs cette année. Bref, l'impact sur la faune aviaire sera minime.


Par contre, selon un glaciologue, l'éruption a gravement endommagé le glacier Eyjafjallajokull en accélérant sa fonte. Il faudra 20 ans avant qu'il ne retrouve son aspect d'antan sans compter le réchauffement climatique. Il a été miné comme un gruyère, creusé par l'eau de fonte et la lave. Des crevasses, des canyons et des tunnels se sont formés, même sur le flanc sud.


Voici les plus belles images de ce jour tournées ce matin par la télévision ruv.is





--> Mercredi 12 mai 2010

Les secousses sismiques se sont calmées. Les dégagements de vapeur au dessus de Gigjokull ont repris. Le panache est un peu moins élevé que les jours précédents, 4 à 5 km d'altitude en moyenne avec parfois des pics à 6 km. Tous les aéroports sont rouverts sauf aux Baléares. Une poche résiduelle de cendre dérive aussi à basse altitude au dessus de l'Atlantique. Sa forte concentration en cendres perturbe encore les vols transatlantiques et les vols vers les Açores et Madère.


La production accrue de cendre ces derniers jours a coincidé avec la crise sismique profonde sans qu'on puisse affirmer qu'il y ait un lien de cause à effet. En tout cas, on constate que la taille des grains a augmenté et que la cendre est plus noire. Serait-ce un signe que la composante basaltique reprend le dessus ? Il faudrait une analyse des dernières cendres pour le savoir. Les explosions ne sont plus dues à l'interaction avec la glace mais uniquement aux gaz qui s'échappent du magma. Les séismes profonds indiquent qu'un nouvel apport de magma s'est introduit et pousse dans la cheminée mais il n'est pas impossible que des poches de gaz remontent également.


En cartographiant tous les hypocentres (sources ou foyers) des séismes enregistrés sous le volcan avant et pendant l'éruption, les scientifiques peuvent se faire une idée de l'emplacement des conduits d'alimentation et des chambres magmatiques. Pour l'Eyjafjoll, la cheminée est presque à la verticale du cratère sommital et plonge à 20 - 25 km de profondeur. On n'a pas d'image précise du réservoir magmatique qui se situe à la limite du manteau. A cette profondeur, la roche en fusion est fluide ce qui n'entraîne plus de frictions donc plus de séismes. On soupçonne aussi que la chambre qui a alimenté l'éruption depuis le 14 avril serait située à 3-5 km de profondeur, dans une zone où aucun tremblement de terre n'a été détecté. L'hypothèse émise après l'analyse des premiers téphras était que les nouvelles intrusions de magma venues des profondeurs (basalte primitif) avaient remobilisé le magma solidifié qui stagnait dans cette chambre depuis 1823. Cet ancien magma (trachydacite pour les connaisseurs) de nature andésitique (visqueux) s'est mélangé à part égale avec le nouveau magma basaltique provoquant la très forte activité explosive des trois premiers jours.

--> Jeudi 13 mai 2010

La cendre du volcan Eyjafjoll est en vente sur internet au prix de 3900 ISK (~ 24 €) pour 160 g. Néanmoins seul nammi.is reverse les bénéfices aux services de secours d'urgence islandais ICESAR qui viennent en aide aux fermiers de la région. Les deux autres que je ne citerai même pas ont repris l'idée à des fins purement lucratives. Si vous souhaitez apporter votre contribution ou garder un souvenir de l'éruption, ne vous trompez pas de fournisseur !


Très bon résumé des différentes phases de l'éruption publié sur le site du parc Vulcania.

--> Dimanche 23 mai 2010

L'éruption s'est arrêtée ... du moins pour le moment. De la vapeur se dégage encore du cratère mais il n'y a plus d'émission de cendre ni de lave. Ouf, les fermiers vont pouvoir enfin souffler un peu, nettoyer et reprendre le cours normal de leur vie. Ces derniers jours, l'activité a diminué progressivement. Mais il y a encore eu plein de mini séismes en surface hier. Le volcan n'a peut-être pas dit son dernier mot ... Voir les dernières images du cratère diffusées par ruv.is

--> INFOS et WEBCAMS

Suivre les nouvelles en anglais sur Iceland Review Daily News et sur Morgunblaðið.
Surveiller l'activité sismique sur le site de l'Icelandic Meteorological Office (IMO).
Observer en direct l'éruption depuis Thórólfsfell via les webcams de Mila et Vodafone qui archive les anciennes images sur Picasa ou depuis Hvolsvollur ou encore du sommet de Valahnjukur. Pour voir de loin le panache, vous avez aussi les webcams de l'Hekla, du Katla ou de Surtsey. Une webcam suveille également l'ensemble du glacier depuis le petit aérodrome de Mulakot.
Pour les données et schémas scientifiques, consulter le site de l'Institute of Earth Sciences.

--> VIDEOS et PHOTOS remarquables

En plus des liens mentionnés dans les rapports quotidiens, voici d'autres vidéos et galeries photos qui valent également le détour.

Vidéos 1 2 3 4 5 : superbe documentaire en anglais intitulé "The Volcano That Stopped Britain"

Vidéo 6 : reportage et images du survol du volcan diffusé au JT de France 2 le 17 avril

Vidéo 7 : vue rapprochée du cratère et des explosions qui s'y déroulent

Vidéo 8 : le directeur scientifique de Vulcania explique comment marche l'éruption du volcan

Galerie 1 : photos de Norbert Fischer, Marco Fulle et Thorsten Boeckel spécialistes des volcans

Galerie 2 : photos et vidéos prises du 6 au 11 mai par Martin Rietze - belles à tomber par terre

Galerie 3 : enfin des photos consacrées aux hommes, aux bêtes et aux dégâts - la dure réalité


Eruption sommitale - Evolution de l'éruption du Eyjafjoll en mai 2010 - Eruption du Grimsvotn en mai 2011
 

Textes et Photos : copyright France Demarbaix - Toute reproduction interdite - Tous droits réservés